Podcasting story [ partie 2 ]

La podcasting story continue, après un premier article qui essayait de recenser les causes du non succès de ce média en France, causes qui semblaient être dûes au marketing et à l’accessibilité plus que technologiques. Voici le second volet sur l’usage : au fond le podcasting c’est quoi … c’est qui et à quoi ça sert ?

Utilité de ce nouveau média

Ce qui différencie le podcasting des autres médias, c’est qu’il est « multi-canaux », oulaaaa … encore un truc de geek ! Non rassurez-vous, c’est très simple en fait. Reprenons les bases des médias existants de façon simpliste :

  • La télévision diffuse « essentiellement » du contenu vidéo en streaming, c’est-à-dire en continu … L’avantage, c’est le direct, le flux continu ; l’inconvénient c’est que si on a raté une émission … ben tant pis, fallait soit être devant le poste à heure fixe, soit enregistrer le programme sur un matériel tiers. C’est en train d’évoluer timidement. Depuis 2008, des alternatives voient le jour, puisque certaines chaînes rediffusent en VOD, sur des sites internet spéciaux, leurs programmes pendant 7 jours (M6 replay, TF1, Canal+ …). Mais ça reste limité en format et en services.
  • La radio, c’est du stream audio … Elle peut être écoutée partout avec des appareils bien spécifiques, mais là aussi il faut être présent à heure fixe pour suivre une émission précise … pas de séance de rattrapage pour les retardataires.

En fait, le média idéal pour MOI (consommateur) offrirait les avantages suivants :

  • être audio ET vidéo (voire même écrit),
  • que je puisse le regarder partout et simplement : chez moi, au travail, dans le métro, en vacances,
  • sur le support que je veux : TV, PC, téléphone, console de jeux, baladeurs MP3 … tout ce qui a un écran,
  • que les émissions que j’apprécie soient consultables à tout moment, y compris les archives,
  • je souhaiterais même être averti lorsqu’un programme que j’aime vient d’être diffusé,
  • j’aimerais aussi pouvoir inter-agir avec les réalisateurs, les créateurs … ceux qui animent le débat, être consom-acteur comme on dit.

Je voudrais tout simplement un média qui s’adapte à mon train de vie, à mon emploi du temps, à mes goûts, sans contrainte matérielle ou temporelle … c’est pas dur non ?!
Ben non, c’est pas dur. Ce média, c’est le podcasting.

C’est ça qui est aberrant, le média que tout le monde désire existe et que très peu de gens l’utilisent. Pourquoi ? Tout simplement parce que c’est compliqué, c’est nul comme les SkyBlogs, mais en vidéo. En plus, il faut être ingénieur pour s’y abonner.. ééépi de toute manière je sais pas ce qu’est un flux RSS et encore moins un agrégateur … alors rendez-moi ma TV ! Voilà ce que pense le grand public de ce média pourtant simple …

Pas si faux, me direz vous ! Alors dans le prochain billet, nous ferons un tour, une visite dans le monde merveilleux du podcasting, pour essayer d’y dénicher des programmes innovants, intéressants, anti-conformistes … drôles, utiles. Nous allons explorer l’univers de ce média passionnant à qui il manque peu de choses pour se démocratiser …



  • 8 Commentaires

    1. gaby on 6 January 2009

      bien, je suis pas tout à fait d’accord avec toi pour le coup… voir/entendre/lire ce qu’on veut quand on veut… encore faut-il savoir ce que l’on veut!!! et pouvoir faire le tri dans une offre abondante et de qualité que variable…
      moi, ça me fait un peu l’effet des chaînes numériques et de l’arrivée du satellite il y a quelques années… sauf que ça n’a jamais vraiment évolué! tu perds plus de temps à chercher un contenu intéressant qu’à en regarder un en fait. et au final ça n’a pas empêché le succès de videofutur… fusse-t-il temporaire…
      Alors si ton prochain billet nous propose une sélection, ça , ça m’intéresse…
      en fait il va nous falloir de bons chroniqueurs (nouveau zapping aussi) pour faire émerger les contenus et accompagner le consommateur vers ces nouveaux médias, non?
      en tout cas, merci!

    2. Pierre on 6 January 2009

      Bonjour,

      C’est vrai, le podcasting fait encore peur à Monsieur Toutlemonde. Il faut l’avouer, au début on trouvait ça bien d’être dans un media underground car on pensait que tout le monde allait y venir. 3 ou 4 ans après, nib!

      Peut-être avec des appareils style iPhone qui permettent de consommer des podcasts SANS ordinateur… Et encore…

      Il faudrait que ça soit aussi simple que d’allumer une vieille radio FM ou GO. Ça s’est un tout petit peu simplifier mais il y a encore bcp trop de “gros” mots: agrégateur, RSS, abonnement (qui sous-entend un prix pour Mr Toutlemonde), etc…

      Si seulement Apple lachait un peu la grosse armada (CNN, CBS, TF1, etc…) pour donner un peu de visibilité aux “petits”, il y aurait (peut-être) une chance de voir des gens découvrir tout le contenu disponible. Bon là, je délire, je sais. :-)

      On en reparle dans 3 ans? :-D

      Pierre.

    3. Fred Galliné on 7 January 2009

      @Gaby …. prévue dans les prochains billets, là je plante le décor pour ceux qui ne connaissent pas encore bien le podcasting.

      @Pierre Des solutions arrivent, et pas que du coté d’Apple .. on en parle bientôt

      je pense que cette série va faire 10 parties si on veut être complet ;o) … même pas peur, j’adore.

    4. Benoît on 8 January 2009

      @Pierre : c’est le cas. Un iPhone ou un iTouch téléchargent les podcasts sans ordinateur
      @Fred : Salut, ça fait un bail.
      Tu m’as l’air bien pessimiste… deux réactions.
      Premièrement, sur la thématique dans son ensemble, Gartner a un concept de hype cycle, qui montre que tous les produits hi-tech passent des phases d’espoir exagéré, suivi d’un phase de désillusion (ajustement à la réalité en fait), avant qu’il ne soit adopté de façon massive. Je ne vois pas pourquoi le podcasting ne suivrait pas la même évolution.
      Deuxièmement, je crois que tu négliges, comme beaucoup de commentateurs, un élément essentiel qui est que le podcasting est plutôt un média spécialisé qu’un média généraliste. C’est plutôt Chronic’art que “Le Figaro.” et donc, assez logiquement, il n’y a pas nature à la popularité des grosses têtes… sauf pour le rattrapage à l’écoute, ce que tu le notes d’ailleurs.
      Je constate, pour ma part, que le moyen de diffusion se banalise mais, chaque émission individuelle est, par nature, condamnée à rester des émissions de niche.

    5. Fred Galliné on 8 January 2009

      @benoît Merci d’être passé par là. Le billet est certes un peu pessimiste mais je ne lui suis pas, bien au contraire. Comme tu le dis justement, j’essaye de faire cet “ajustement avec la réalité”.
      Les prochains billets et les technos que je vois se mettre en place me laisse entrevoir de très très bonnes perspectives pour le podcasting, même si comme tu le dis il ne sera pas mainstream.

      Va falloir qu’on se revoit un de ces quatres. Pierre Journel propose un RDV régulier sur Panam … t’es partant ?

    6. Benoît on 8 January 2009

      @Fred : se revoir, ce serait avec beaucoup de plaisir. Je suis souvent sur Panam donc… j’aurai plus facile un midi (ça permet de faire l’aller-retour dans la journée) mais je suis flexible :-)
      Je voudrais clarifier un rien mon propos… je ne dis pas que le podcasting ne sera jamais mainstream. Que du contraire.
      Par contre je crois qu’aucun show particulier ne sera jamais mainstream… et ils n’ont pas vocation à l’être. Si c’est pour faire du mainstream, faut faire de la radio ou de la TV. Le podcasting, selon moi, c’est pour les sujets de niche et donc des shows spécialisés.
      J’avais fait “une note” là dessus, il y a quelques temps : http://fr.youtube.com/watch?v=1qbLVzfCLFQ
      C’est ma vision mais je la partage ;-)

    7. Benoît on 8 January 2009

      Mais la somme des petites audiences peut faire un truc mainstream…
      La presse spécialisée dans sa globalité est mainstream. Enormément de français achètent des titres spécialisés mais il y a très peu de titres spécialisés qui sont mainstream. C’est la nature du média qui veut ça.

      Tenez-moi au courant pour Panam.

    8. [...] Articles sur le même sujet Podcasting story [ partie 2 ] [...]

    commenter cet article