HADOPI ne marchera pas …

HADOPI : Le débat fait rage dans les médias et sur le WEB à propos de la loi “création et internet”. Une mesure qui est censée éradiquer le piratage et préserver l’industrie du disque.

On entend tout et son contraire et j’avoue ne pas arriver à m’impliquer tant le débat est excentré et brouillé. Essayons d’y voir plus clair.

Les pro-HADOPI affirment que les internautes sont des voleurs, et que la crise qui touche l’industrie du disque est de leur responsabilité. Ils affirment que la loi anti-piratage qui utilisera la “répression graduée” va résoudre tous les problèmes de ce secteur.

Les autres prétendent que cette loi est liberticide, qu’il n’y a pas que de l’illégal dans le Peer 2 peer, ou encore que cette mesure n’est qu’un début pour surveiller le réseau. A trop vouloir protéger les droits d’auteurs on risque d’étouffer la création.

Le rêve HADOPI

Aujourd’hui, le modèle économique de la musique est simple. A quelques exceptions près, il est articulé ainsi :

  • Les maisons de disques découvrent et produisent des artistes.
  • Ces artistes sont mis en avant dans les médias.
  • Le public les découvre et achète leurs disques.
  • La maison de disque peut ainsi rétribuer les artistes et l’ensemble de la filière.

A ce cercle vertueux s’en greffe un second. Plus l’artiste vend de disques, plus il fera d’audience dans les médias : plus d’audience = plus d’annonceurs. La boucle est bouclée, médias et maisons de disques y trouvent leurs comptes.

Mais voilà, un acteur inattendu est venu troubler la fête : La Mule.

Pourquoi ça ne marche plus ?

Là est tout le débat entre les antis et les pros HADOPI. Les pros disent que c’est la faute du P2P, et que la solution est simple : interdire le P2P et il n’y aura plus problème.
Les autres affirment que le P2P ne sert pas qu’au téléchargement illégal …blablabla.

Discussions de sourds, on ne comprend plus rien et personne ne semble avoir une réelle solution !

La seule option qu’envisage l’industrie du disque est donc de tuer la mule pour continuer à engraisser le cochon (voir schéma ci-dessous). Ou plus officiellement et politiquement correct : « sauver les artistes ».

hadopi-1

Bien sûr, ce schéma pourrait fonctionner si nous n’étions pas dans une économie de marché … qui plus est en crise où le pouvoir d’achat est en berne. En cette période, la tentation du gratuit va être plus difficile à retirer auprès de ceux qui ont pris cette habitude.
Lire la suite …

10 raisons d’adopter le podcasting pour les marques

chanel

Pourquoi les entreprises et les marques vont devoir se mettre au podcasting ? Quel avenir commercial offre ce média ? Quels retours peuvent attendre les professionnels de cette technologie ?

Voici les 10 raisons qui feront du podcasting un atout de différenciation majeur dans le e-commerce ou le marketing en général.

1 – Fidélisation

Le podcasting se différencie essentiellement des autres supports marketing par son mode de diffusion.
En effet, l’utilisateur s’abonne gratuitement à un flux d’informations (via RSS). Cette démarche étant “volontaire”, l’utilisateur inscrit est un auditeur captif et en attente.

En marketing traditionnel, les coûts de fidélisation client sont en moyenne 5 fois supérieurs à ceux de l’acquisition. Le podcasting peut être un moyen moins onéreux pour garder le contact avec sa base client, en réduisant les budgets.

2 – Convergence numérique

Aujourd’hui, le podcasting est le média répondant le mieux aux exigences du marché en matière de convergence numérique. C’est-à-dire qu’il allie l’information, le support et le transport des données.

Les marques diffuseront leurs contenus en une seule opération, lesquels seront utilisables sur tous supports (TV, PC, iPod/iPhone, console de jeux …etc). Le podcasting permet une diffusion directe en B2C, sans intermédiaire, sans distributeur ou canal payant spécifique.
Lire la suite …

Google dans les choux

Énorme bug chez Google en ce Samedi 31 Janvier. Il semblerait que tous les sites présentent le message suivant après recherche dans le moteur : Ce site risque d’endommager votre ordinateur.

Ce site risque d'endommager votre ordinateur.


Lire la suite …

Obama 2.0 président du Web

mausonblanche

En quelques jours, tout a été dit sur le nouveau président Américain. Twitter inondé de « oulalaa ..Obama est gaucher ! », FaceBook harcelé de visages et autres avatars qui se changent aux couleurs de l’affiche électorale Démocrate, il y a même des virus informatique obama.exe .. que dire de plus ?

Je voudrais revenir brièvement sur le nouveau site de la Maison Blanche, car il reflète selon moi un changement important dans la communication officielle et institutionnelle.
Lire la suite …

facebook 1984

facebook

Quel est le niveau de confidentialité sur Facebook ? Que peut-on dire et ne pas dire ? Comment appréhender et comment utiliser ce site web ? Sans tomber dans un énième pamphlet anti-Facebook, certains faits récents peuvent laisser perplexe.

Facebook, ou FB pour les intimes, pourrait aussi être Face Brother comme dans 1984. Georges Orwell aurait pu dire en voyant ces réseaux sociaux et l’ampleur qu’ils prennent :

Face Brother vous regarde

La liberté c’est l’esclavage

L’ignorance c’est la force

Avant d’aller plus loin, on va se débarrasser de ça : OUI Facebook analyse très précisément vos profils pour faire un ciblage très juste des utilisateurs et le vendre à leurs annonceurs. OUI ils scrutent votre réseau pour évaluer votre influence et votre “pouvoir marketing”. OUI Facebook a des stats sur tout ce qui se fait sur la toile, et OUI ils archivent tout. Par contre : NON ils ne vous espionnent pas “individuellement” et NON ils ne s’intéressent pas à vous en tant qu’individu.  Désolé pour votre Ego et la haute estime que vous avez de votre vie … mais ça ne les intéresse pas.
Lire la suite …

Google Chrome ne brille pas …

google

Le géant du Web sort un navigateur WEB, et plusieurs mois après, on constate que tout le monde s’en fout. Pourquoi ?

Petit état des lieux : la majorité des utilisateurs ayant Internet Explorer sur PC ne savent pas qu’il existe d’autres navigateurs. Pour eux IE fait parti de Windows et c’est le seul moyen qu’ils connaissent pour aller sur internet, c’est bien normal sur leur bureau d’origine il n’y a que cet icône “internet” ; Ces IEsiens représentent 59% des internautes en part de marché. A contrario, ceux qui utilisent Firefox n’ont aucune raison d’en changer puisque ce navigateur est parfait, 31% des internautes en Europe, ce chiffre croît lentement mais progresse tout de même … Les aficionados du monde Mac eux, ne décampent pas (ou peu) de Safari.

Alors pourquoi sortir un énième navigateur made in Google qui plafonne à 1% de part de marché ? un navigateur que le public n’utilise pas ou peu ?
Lire la suite …

Podcasting story [ partie 3 ]

podcast

Nouvel épisode de la série d’articles sur le podcasting. Après les parties 1 et 2 consacrées respectivement à l’historique et à l’usage de ce média, voici un billet axé sur le contenu. Le reproche qu’on entend le plus souvent est : “le podcasting c’est pas très intéressant … trop amateur”. Nous allons dans cet article essayer de dégoter quelques programmes “efficaces”.

Lire la suite …

FaceBook … bien démarrer.

J’imagine que vous vous promenez souvent avec votre album photos personnel, et que vous le montrez à des inconnus sous prétexte qu’il est peut être l’ami d’un de vos amis. Vous apprécierez qu’il regarde vos photos de vacances, de vos fêtes ou celles de vos enfants ? Après tout, il n’y a rien de secret n’est-ce pas ? Les amis de vos amis sont vos amis.

Sur FaceBook c’est à peu près ce qui se passe aujourd’hui, et pourtant personne n’est gêné. Soit nous sommes entrés dans une époque d’exhibitionnisme assumé, soit les gens ne savent pas bien utiliser FaceBook. Ceux qui sont dans le second cas trouveront sans doute quelques réponses dans l’article qui suit.
Lire la suite …

Podcasting story [ partie 2 ]

La podcasting story continue, après un premier article qui essayait de recenser les causes du non succès de ce média en France, causes qui semblaient être dûes au marketing et à l’accessibilité plus que technologiques. Voici le second volet sur l’usage : au fond le podcasting c’est quoi … c’est qui et à quoi ça sert ?

Utilité de ce nouveau média

Ce qui différencie le podcasting des autres médias, c’est qu’il est « multi-canaux », oulaaaa … encore un truc de geek ! Non rassurez-vous, c’est très simple en fait. Reprenons les bases des médias existants de façon simpliste :

  • La télévision diffuse « essentiellement » du contenu vidéo en streaming, c’est-à-dire en continu … L’avantage, c’est le direct, le flux continu ; l’inconvénient c’est que si on a raté une émission … ben tant pis, fallait soit être devant le poste à heure fixe, soit enregistrer le programme sur un matériel tiers. C’est en train d’évoluer timidement. Depuis 2008, des alternatives voient le jour, puisque certaines chaînes rediffusent en VOD, sur des sites internet spéciaux, leurs programmes pendant 7 jours (M6 replay, TF1, Canal+ …). Mais ça reste limité en format et en services.
  • La radio, c’est du stream audio … Elle peut être écoutée partout avec des appareils bien spécifiques, mais là aussi il faut être présent à heure fixe pour suivre une émission précise … pas de séance de rattrapage pour les retardataires.
    Lire la suite …

Podcasting story [ partie 1 ]

Le podcasting est mort !  … Qui l’a tué ? Cette techno de diffusion promise à un brillant avenir en 2005 n’a pas fait ses preuves. Elle n’a pas rencontré le succès escompté auprès du grand public. 2009 sera-t-elle l’année de la renaissance ? Voici le premier article consacré à l’histoire du podcast francophone et aux débouchés que cette technologie peut encore apporter.

Pourquoi le podcasting ne décolle toujours pas ?

En 2005, un certain Adam Curry invente ce mot bizarre : “Podcasting” et crée la première émission à succès directement diffusée par ce biais … Mais quel biais ? Le podcasting est un fichier audio ou vidéo glissé dans un flux RSS. Il est donc extrêmement facile de s’y abonner et de recevoir l’émission automatiquement sur son ordinateur ou son iPod … Il est donc “technologiquement” aussi facile de s’abonner à un podcast qu’à un blog.

Bref, une fois la techno finalisée debut 2005, il ne resta plus qu’à évangéliser ce nouveau média et “créer l’envie … ou un besoin” chez l’utilisateur (comme disent les marketeux).

Oupss, il semblerait que ce soit là que ça pêche, le podcasting fût produit par des technophiles pour d’autres technophiles. N’aurait-on pas un peu oublié le public en cour de route ?

Lire la suite …

« Previous PageNext Page »