HADOPI ne marchera pas …

HADOPI : Le débat fait rage dans les médias et sur le WEB à propos de la loi “création et internet”. Une mesure qui est censée éradiquer le piratage et préserver l’industrie du disque.

On entend tout et son contraire et j’avoue ne pas arriver à m’impliquer tant le débat est excentré et brouillé. Essayons d’y voir plus clair.

Les pro-HADOPI affirment que les internautes sont des voleurs, et que la crise qui touche l’industrie du disque est de leur responsabilité. Ils affirment que la loi anti-piratage qui utilisera la “répression graduée” va résoudre tous les problèmes de ce secteur.

Les autres prétendent que cette loi est liberticide, qu’il n’y a pas que de l’illégal dans le Peer 2 peer, ou encore que cette mesure n’est qu’un début pour surveiller le réseau. A trop vouloir protéger les droits d’auteurs on risque d’étouffer la création.

Le rêve HADOPI

Aujourd’hui, le modèle économique de la musique est simple. A quelques exceptions près, il est articulé ainsi :

  • Les maisons de disques découvrent et produisent des artistes.
  • Ces artistes sont mis en avant dans les médias.
  • Le public les découvre et achète leurs disques.
  • La maison de disque peut ainsi rétribuer les artistes et l’ensemble de la filière.

A ce cercle vertueux s’en greffe un second. Plus l’artiste vend de disques, plus il fera d’audience dans les médias : plus d’audience = plus d’annonceurs. La boucle est bouclée, médias et maisons de disques y trouvent leurs comptes.

Mais voilà, un acteur inattendu est venu troubler la fête : La Mule.

Pourquoi ça ne marche plus ?

Là est tout le débat entre les antis et les pros HADOPI. Les pros disent que c’est la faute du P2P, et que la solution est simple : interdire le P2P et il n’y aura plus problème.
Les autres affirment que le P2P ne sert pas qu’au téléchargement illégal …blablabla.

Discussions de sourds, on ne comprend plus rien et personne ne semble avoir une réelle solution !

La seule option qu’envisage l’industrie du disque est donc de tuer la mule pour continuer à engraisser le cochon (voir schéma ci-dessous). Ou plus officiellement et politiquement correct : « sauver les artistes ».

hadopi-1

Bien sûr, ce schéma pourrait fonctionner si nous n’étions pas dans une économie de marché … qui plus est en crise où le pouvoir d’achat est en berne. En cette période, la tentation du gratuit va être plus difficile à retirer auprès de ceux qui ont pris cette habitude.

La réalité du marché

Premier point : Au pays de la belle aux bois dormant, cette stratégie pourrait certainement fonctionner. On demande aux FAI d’investir de lourdes sommes pour surveiller et dénoncer leurs clients ! De ce fait, ils perdront du chiffre d’affaire en investissement ET en perte de clients. Pour quel avantage ? Aucun.

Ce premier point me paraît économiquement improbable, mais c’est pas le pire dans cette loi.

Deuxième point : Aujourd’hui il n’existe plus de baladeurs CD ; ils sont tous MP3. Même les lecteurs CD disparaissent peu à peu des chaînes Hi-fi et auto-radios au profit de ports USB.

Dans la mesure où il ne se vend plus de lecteur de CD, pourquoi s’entêter à vouloir vendre des CD ? N’y a-t-il pas comme une discordance entre l’offre et la demande ??

Troisième point : D’un aspect plus économique, ceux qui conçoivent les fameux logiciels de P2P et l’ensemble des réseaux Bittorrent ont su créer un secteur très lucratif. Croire qu’on va pouvoir les arrêter avec une mesure franco-française est complètement absurde et cela ne fera qu’empirer le phénomène.

Là où il faut des mois pour faire passer une loi ou mettre en place un comité de surveillance, il faudra 3 jours aux éditeurs de logiciels pour brouiller les IP des utilisateurs ou créer des réseaux VPN incontrôlables par les FAI. Il n’en faudra pas moins pour que ces mêmes utilisateurs apprennent à régler leur proxy pour être “invisibles”.

Solution : changer le modèle économique

La seule solution est de revoir l’ensemble de la chaîne. Toute autre tentative de sauvetage par la force est vouée à l’échec. Le recul que nous avons aujourd’hui sur le non succès de la loi DADVSI en est la preuve.

Persister à vouloir vendre des CD est absurde à cours et moyen termes. Les maisons de disques doivent s’adapter. Leur but n’est plus de vendre des supports physiques, puisqu’ils vont disparaître, mais de faire sortir d’un flot musical gratuit les artistes qui auront le plus de chance de faire de l’audience : pour les médias ou en concerts.

Il ne restera que ces deux sources de revenus, voir schéma ci-dessous.

hadopi-21

Alors les pros HADOBI vont dire … « mais avec un artiste, c’est des dizaines d’emplois qui sont nécessaires, dont les fabricants de disques, les distributeurs … etc, il faut trouver le moyen de les préserver ». Hé non, ces emplois vont en grosse partie disparaître, mais c’est au profit d’autres métiers liés à l’internet ou la communication, un Darwinisme économique en quelque sorte. Car dans ce nouveau modèle, il faudra concevoir des sites d’artistes (des podcasts ?), les référencer, buzzer pour les rendre « bankables », organiser des concerts … etc

What else ?

La crise de l’industrie du disque ne sera pas résolue par l’obsolète loi HADOPI, bien au contraire. Cette mesure pourrait aggraver une situation fragile à laquelle il ne reste que peu de solutions.

Quoi qu’il en soit, cette loi, si elle voit le jour, ne sera pas applicable. Elle est vouée à l’échec, à moins que ce ne soit un stratégie menée pas les lobby du disque pour faire monter les enchères et s’assurer via un impôt, ou un prélèvement, de confortables revenus compensatoires ? Une rente assurée par d’autres secteurs comme les opérateurs téléphoniques ou FAI …

Et vous, vous en pensez quoi de ce projet ?



  • 34 Commentaires

    1. [...] ce que je veux dire, c’est qu’après Hadopi, le web ce sera fini. Enfin, si ça marche, ce qui n’est pas gagné… Bon. C’est juste histoire de rigoler, [...]

    2. pierre abac on 18 March 2009

      Ce sera l’objet du Web 3 de produire des objets contenant de l’attractif (film, pédagogie, musique…) accompagné d’une “bande-annonce” dont l’auteur est propriétaire. Le papier du paquet cadeau est ainsi publicitaire, et le cadeau est gratuit.

      En attendant le Web 3, il pourrait y avoir des codes de téléchargement sur des sites légaux… dans les paquets de lessive. La possibilité d’un tel modèle économique montre que le statut d’un film à télécharger est analogue à celui d’un cadeau publicitaire.

    3. Fred Galliné on 18 March 2009

      #pierre Abac : Pierre Fosco de MusiK Please pourrait nous en dire long sur ce sujet. J’attends avec impatience son point de vue dans les commentaires de ce blog.

      Pour moi le problème est plus violent que ça, si les Majors ne se bougent pas rapidement elles n’auront plus lieu d’être. Car nombre d’artistes ne passent même plus par la case “maison de disques” et Buzzent mieux qu’elles.

      N’importe quel groupe débutant peut aujourd’hui générer beaucoup d’audience avec Skyblog, myspace ou Facebook. Et ils ont vite compris l’intérêt d’un blog ou d’un podcast pour se faire connaitre … le temps joue contre l’industrie du disque, car n’oublions pas que l’élément de différentiation entre Major et amateur était la possibilité de copier des CD et de les distribuer …. aujourd’hui cette “barrière à l’entrée” n’existe plus puisque la copie est digitale proportionnellement exponentielle au Buzz …

    4. Henry Michel on 18 March 2009

      Deux petites questions :
      - je ne comprends pas dans ton dernier schéma ce que représente le flux financier entre internet et la maison de disque.
      - quel est le rôle de la maison de disque dans tn dernier schéma ? (ma question est sérieuse)

    5. Pierre on 18 March 2009

      Merci Fred de m’inviter, je t’avertis, j’ai gardé mes chaussures.

      Dans ce nouveau modèle,il semble effectivement que l’artiste doit devenir un as du marketing ? à moins d’être un génie hyper-actif; un bon artiste a besoin de s’entourer, car on peut être un bon artiste, un bon producteur, un bon éditeur de contenu tout en étant une cruche en marketing.

      les musiciens ont besoin de Business Partners..
      et plus de disques en pétrole.

      les médiateurs, intermédiaires et prescripteurs ne sont pas mort.. les lignes sont entrain de bouger.

      mais c’est pas gagné : j’en veux pour preuve
      ce top 5 des albums les plus vendus en 2008 qui ont plus besoin de nikos que des blogueurs:

      1*Cabrel ‘des roses et des orties’
      2*Seal ‘soul’
      3*C.Mae ‘mon paradis’
      4*les enfoirés
      5*Coldplay ‘viva la vida’

      = il y a encore des gens qui en achètent.
      ..
      au fond je ressent un peu la même chose que la loi Dadvsi .. tant d’emballement, pour du vent..

      L’HADOPI démontre que l’industrie du disque n’arrive pas à entreprendre les changements nécessaires à sa survie; elle saisit la loi, joue sur la peur, opère des campagnes de communication rétrogrades. Culpabilise l’utilisateur…

      Et des millions de gus flippent dans leur garage !
      d’autre réagissent, explique (comme ici). ou génèrent du bruit dans ce grand bain numérique.

      le musicien jouera, chantera quelque soit le contexte.
      je n’ai pas écrit de billet spécifique HADOPI sur mon blog pour la simple est bonne raison qu’on y parle de musique.

      Let The Music Play !

    6. Fred Galliné on 18 March 2009

      @Henry Michel : Si l’on prend le schémas 1, on se rend compte que le modèle économique est simple, c’est un système marchand classique : “achat de disque concert”

      Dans le schémas 2, le modèle a complètement changé puisque le disque n’existera plus … Nous ne sommes plus dans un système marchand mais dans de la prestation où il faudra vendre du service à valeur ajoutée. Normal, le support étant dématérialisé et incontrôlable : il n’est plus viable.

      Pour répondre à ta question, si le système de l’industrie du disque se dématérialise, leur modéle économique devra l’être également. A défaut de pouvoir vendre de la musique (ce qui reviendrait à éradiquer les résaux d’échanges P2P : impossible), les Majors devront se tourner vers d’autres sources de revenus : le Web et les médias.

      Une fois de plus, et comme à chaque changement important, c’est l’industrie du sexe qui a un fois de plus trouvé le bon modèle. Les films se trouvent très/trop facilement sur les réseaux P2P, le but des boites de prod n’est plus de vendre des DVD, mais de créer des starlettes.
      On colle à ces starlettes un site Web avec une partie publique boutique et un partie payante. Le tour est joué, les non-ventes de DVD sont compensées par l’abonnement aux parties privées du site.

      C’est pour moi la seule solution qu’a aujourd’hui l’industrie du disque pour s’en sortir … donner la musique, se différencier de la concurrence pour attirer le public aux concerts ou dans les parties privée de sites d’artistes. D’où la double flèche : Major < -> Web sur le schémas 2.

      J’espère être plus clair …

    7. Fred Galliné on 18 March 2009

      @Pierre Fosco : merci .. pour aller dans ton sens, un discours du patron de la WARNER (fin 2007) :
      “Nous nous sommes trompés… nous avons cru que notre contenu se suffisait à lui-même. Nous avons pensé que notre business ne serait pas affecté par le monde de l’interactivité, de la connexion permanente et du partage de fichiers. Nous avons eu tort, comment? En restant immobiles ou en avançant trop lentement, nous sommes rentrés en guerre avec les consommateurs en refusant de voir ce qu’ils désiraient et le résultat est qu’ils ont gagné.”

    8. Tijuana on 18 March 2009

      Bravo, clair net et précis. Si j’ai l’honneur d’être élu Président du web, je te proposerai le poste de secrétaire du bon sens musical en ligne.

      Manque peut être une flèche des maisons de disques qui payent les internautes pour oser leur faire écouter des grosses daubes à la Sanders. Mais bon t pas obligé de la mettre ;)

    9. Henry Michel on 18 March 2009

      @frederic merci – et ma deuxième question ?

    10. www.fuzz.fr on 18 March 2009

      HADOPI ne marchera pas … | Fred Galliné…

      HADOPI : Le débat fait rage dans les médias et sur le WEB à propos de la loi “création et internet”. Une mesure qui est censée éradiquer le piratage…..

    11. Fred Galliné on 18 March 2009

      @Henry : Je vois où tu veux en venir .. effectivement on serait presque tenté de dire : les maisons de disques ne servent plus “à rien”, puisqu’il n’y a plus de copie ou distribution physique à gérer, mais ce ne sera pas le cas.

      Comme l’a dit Pierre Fosco un peu plus haut, les Maisons de disques seront là pour épauler les artistes et leur apporter un paquetage : studios, buzz, créa web, Business partner.

      Donc effectivement, s’il n’y a plus de disque, il n’y aura plus de “maisons de disques” .. et leur cœur de métier devra se recentrer sur le “Label” et le merchandizing …

    12. Fred Galliné on 18 March 2009

      @Tijuana … merci futur président :)

    13. Le Fur et La Mesure on 18 March 2009

      Super article, et Hadopi n’est qu’un leur qui essayera tant bien que mal de dissuader voir terroriser les “pirates”, qui pourront évidemment prendre le plaisir de contourner le tout, ce qui de toutes façons ne fera qu’amplifier le phénomène du téléchargement…

    14. gaby on 18 March 2009

      Très très clair cet article fred!
      @ pierre: il n’y a pas que les artistes qui ont des efforts à faire en matière de marketing… ils sont aussi tributaires des “incompétences” et défauts de gestion des structures publiques d’aide et de promotion des artistes, de la part des tourneurs aussi, des billetteries (problématique complexe aussi), etc… y a beaucoup d’argent qui échappent aux maisons de disques certes, mais qui échappent surtout aux artistes et qui, assassinent nos portes-monnaies on line… autant d’argent qui circule mal, très mal, c’est que le modèle économique n’est pas équitable, et loi Hadopi ou pas, c’est pas sur nos politiques qu’il faut compter pour arranger les choses. et la responsabilité n’incombe pas uniquement aux artistes et leurs labels… à nous aussi, consommateurs de faire de meilleurs choix!

    15. cataras on 18 March 2009

      Et l’indépendance des politiques face aux lobbys dans tout ça ?
      Je vous inviter à consulter cet article sur numerama et à rejoindre éventuellement le groupe facebook : http://tinyurl.com/aafufs

    16. Atns on 18 March 2009

      L’article que tu as rédigé explique très bien la situation actuelle et la stupidité de la loi HADOPI.
      Cependant, le Schéma 2 est vraiment très optimiste et surréaliste je pense…
      La vision des artistes qui se rémunèrent via les produits dérivés me semble déjà surréaliste (je veux dire, uniquement via les produits dérivés) d’autant plus que la motivation que porte un artiste est encore de créer de la musique et de faire entendre sa musique sur la planète entière. Et je n’imagine pas la motivation d’un artiste sachant qu’il sait que ses titres seront de toutes façon téléchargés gratuitement. Car au final, la musique, l’utilisateur l’aura, l’écoutera et ne sera pas forcément tenté d’acheter une place de concert, un produit dérivé de la musique tel un Tee, un Mug, voir même une tapisserie.
      Je vais faire un petit récapitulatif avec des chiffres bidons mais juste pour comprendre :
      Actuellement je dépense 10 à 20 euros/an d’objets dérivés d’un artiste ou des artistes, 30 à 50/an d’album et 100 à 150 euros/an de concert (je suis un grand fan).
      Admettons que je n’achète plus de disque, je suis à bloque au niveau des concerts… pensez-vous que je vais acheter pour 50 euros supplémentaire d’objets dérivés ? Je ne crois pas…
      Le seul moyen c’est les médias… la publicité à travers les pages d’artistes … mais je crains que cela soit trop faible pour rémunéré l’artiste.

      Enfin… comment faire pour “monter” un artiste au plus haut niveau sachant qu’il n’obtient plus de rémunération via les téléchargements légaux ou CD ?
      Car je crois que la meilleure communication c’est les CD, et Téléchargement… et souvent c’est un gros coup de chance pour un artiste de devenir connu… et encore ça s’arrête à un clip… et là le consommateur n’irait pas forcément au concert et n’aura pas l’envie de dépenser dans des produits dérivés.

      C’est une question à se poser, je n’ai peut être pas été clair et mes arguments sont sans doute bidons.

      Mais c’est triste de dire que malheureusement nous allons arriver à un état tel qu’il est décrit dans le Schéma n°2 et… ça, c’est pas HADOPI qui changera quelque chose.

    17. [...] lu un article très explicatif et expressif de Fred Galliné, un autre blogueur (je ne ferais pas de plus longue description car [...]

    18. Claire on 18 March 2009

      Je crois aussi que si cette loi passe, ce sera tres vite un échec. En tout cas mieux vaut quitter la France dans ces cas là! lol

      Pour répondre @Henry Michel, dans le second modèle la maison de disque sera toujours en charge de faire la promo de l’artiste aussi bien via les médias traditionnels que pour faire un peu de buzz online (création de site internet, podcast, pub…)

    19. Fred Galliné on 18 March 2009

      @Atns je ne vois pas pourquoi un artiste ne pourrait pas gagner sa vie avec des concerts et service vendu sur le site (voir commentaires précédants).

      Si je reprends tes chiffres tu dépenses 10 à 20 € pour les produits dérivés, ça ne changera pas .. idem pour les concerts. Par contre sur les 50€ que tu dépenses en album aujourd’hui, seulement 3€ reviennent aux artistes .. le reste allant à la fabrication du CD, aux majors, aux distributeurs … etc.
      Je reste persuadé que ces 3€ pourront être financés autrement. Cela n’a rien d’utopique puisque certains artistes le font déjà (Ceronne, RadioHead …)

      Comment faire monter un artiste : c’est justement en ça que les Labels vont devoir se réinventer et nous proposer une musique différente.
      Sinon il te reste les sites de recommandations musicales comme musikplease.com ;o)

    20. Falconhill on 19 March 2009

      Ca fait du bien de lire ce genre de billet. Une critique efficace, et des propositions. Merci.

      A faire suivre, ce billet…

    21. Deelight on 19 March 2009

      Super article !

      Juste un petit commentaire pour signaler une coquillet :
      “Même les lecteurs CD disparaissent peu à peu des chaînes Hi-fi et auto-radios au détriment de ports USB.”

      “au profit” non ?

    22. [...] me suis permis de commenter cet article sur le blog de l’auteur, et comme j’ai trouvé mon commentaire tout à fait digne de mon propre blog à succés, [...]

    23. lincompetent on 19 March 2009

      Tout d’abord, merci pour ce très bel article, quoique un peu trop long pour ma personne … en effet, depuis que je suis devenu un #Twactiviste forcené de Twitter .. il m’est devenu plutôt difficile de lire des articles de plus de 140 caractères !
      ( et malheureusement, il me semble que c’est une tendance qui se répand à grande vitesse chez les internautes, .. mais c’est un autre sujet … quoique je me demande si par extension, les internautes n’ont pas également de plus en plus de mal à regarder une video de + de 1minute 30, ou écouter un mp3 supérieur à 30 secondes … et là, d’une certaine manière j’en reviens, par le biais je le concède, à la problématique de consommation de produits “culturels” sur Internet .. )

      Mais revenons en au sujet, .. HADOPI !!!
      Mais qu’est-ce qu’ HADOPI dis donc doudou comme l’aurait fait remarqué le regretté Carlos !

      Hors donc, HADOPI !!!! …
      levons le voile une fois pour toutes !!!!
      HADOPI est le fruit d’une concentration industrielle d’acteurs majeurs et de premier plan de l’industrie du cinéma, du disque et de l’Internet.

      En effet, la société HArribor a fait l’acquisition des cosmétiques DOpla après avoir lancé une OPA amicale sur les jambons froids PIcardos !!!
      Et oui, nous y voilà, HArribor + DOpla + PIcardos = HA + DO + PI = HADOPI !!!! CQFD, je n’en dirai pas plus … mais je suis surpris de ne pas avoir relevé cette information dans ton article sévèrement étayé et documenté !

      Fi de peccadilles je ne ferai pas la fine bouche en regard d’un des meilleurs articles que j’ai pu lire sur le sujet sur Internet, et j’espère que mon intempestive intrusion dans ton espace de liberté [ ton blog ] ne me vaudra pas tes foudres.

      Très cordialement, Alain Compétent, CEO de l’Incompétent 3.0
      ( Follow me sur @lincompetent ).

      PS Juste une remarque annexe; je mettrai un dièse à mes louanges en observant qu’on m’avait dit que je trouverais dans cet article de jolis dessins à colorier, et je me dois de t’avouer que ma déception fut immense en découvrant que les dessins étaient … déjà coloriés !!!
      Mais je te garde toute mon amitié malgré ce léger bémol ( téléchargé légalement ) que je jette dans la mare .

      Signé : Alain Compétent, CEO de l’Incompétent 3.0
      ( Follow me sur @lincompetent ).

      PS 2 Je me suis permis de publier ce commentaire en tant qu’article sur mon blog tellement je l’ai trouvé incompétent, ce dont je pense, tu ne me tiendras pas rigueur, merci.

      Signé : Alain Compétent, CEO de l’Incompétent 3.0
      ( Follow me sur @lincompetent ).

    24. Fred Galliné on 19 March 2009

      @deelight … très juste, merci

      @lincompétent Merci pour toutes ces judicieuses explications sans lesquelles l’information aurait été incomplète ;)

    25. Jan on 19 March 2009

      Article très intéressant qui me rapelle l’intervention des majors de la musique à la sortie du premier enregistreur sûr k7.

    26. Fred Galliné on 19 March 2009

      @Jan … étonnement, lorsque le CD est sorti et que le prix des albums a été multiplié par 3 par rapport au vinyle .. il n’y a eu ni débat, ni loi ? ^^

    27. [...] Articles sur le même sujet HADOPI ne marchera pas … [...]

    28. imath on 19 April 2009

      Article très intéressant, j’aime la référence à Darwin. C’est très juste. Moi je suis très surpris de tous les investissements que nous allons payer (impôts) pour mettre en place une usine à gaz afin de tenter de sauver un dinausore..

      J’aimerais juste indiquer que s’agissant de l’industrie du courrier, je n’ai pas vu de loi (ce qui serait absurde) visant à supprimer les communications électroniques (email, fax, edi..) pour sauver plus de 300 000 emplois :) Au contraire on voit apparaître les e-services publics..

      c’était un commentaire d’un postier :)

    29. Youz on 19 April 2009

      @Fred: je me souviens que je payais mes vinyls environ 60 francs et que quand le cd est arrivé ‘ils’ ont expliqué que ça devait couter 120 francs parce que c’était nouveau et qu’il fallait le temps que le marché se fasse … le prix n’a jamais baissé … On sentait déjà chez cette industrie la recherche de l’argent avant tout.

      “à moins que ce ne soit un stratégie menée pas les lobby du disque pour faire monter les enchères et s’assurer via un impôt, ou un prélèvement, de confortables revenus compensatoires ?”
      Effectivement, cet impôt se nomme pour l’instant ‘licence globale’. Ce n’est que le prolongement de la taxe sur les supports numériques (dont la répartition auprès des artistes sociétaires reste un mystère).

      Il faut pour résoudre ce problème, laisser parler les artistes.
      Je ne comprend pas pourquoi on ne les entend pas (enfin si, j’ai bien ma petite idée).
      Je ne parle pas des enc**** qui vivent grassement en ne sortant qu’un disque par an assorti de 3 ou 4 concerts comme ceux qu’on a pu voir soutenir cette *loi*. Ceux là arrivent à vendre des cds parcequ’il y a un matraquage des médias classique pour que la populasse achete ce qu’on lui dit d’acheter.
      Non là je parle de ceux qui vivent la musique. La musique c’est leur vie. Je parle de tout ces musiciens de groupes qui ne font pas le 20H mais qui nous divertissent pourtant tout les jours, dans la rue, dans les bars, aux mariages, dans les écoles, bref partout où la musique est !vivante! , grace à eux.
      Ce sont eux les artistes (musiciens) en France !
      Et la plupart, devinez quoi, ben ils sont intermitents ! Ben oui c’est leur statut, à 90 %.
      Qu’est ce que hadopi va changer pour eux ??
      On me dit que cette loi va les proteger !
      Ha ? Ben pourtant ils ne vont plus avoir le droit de diffuser (par .torrent par exemple…) leur propres productions. Ca c’est de la protection !
      Effectivement, on a un chemin tout tracé pour eux (cf vos graphiques). Ben oui, mais là vous ne voyez que les biens gros et gras de la téloche, ceux qui ont besoin de se payer un jet privé pour faire leur set d’à peine 2h. (cf. Patrice, festival Garorock à Marmande, la semaine dernière).
      Alors là je comprend, lui il a besoin d’une corne d’abondance pour assurer son train de vie, et celui des lamproies qui le sucent. Et là internet est en train de changer les oeufs de la poule en plomb…

      Faudrait arreter de tenter de protéger les gros et gras, et plutot faire des lois aidant la diffusion des oeuvres des ‘véritables’ musiciens.
      Je vous garantie qu’il est possible de vivre de concerts et de produits dérivés, mais aussi d’à coté comme des musiques de film, pub, ou autres annonceurs. (y a encore des gens qui le nient ?)

      Bon en fait j’arrete là, trop de trucs à dire encore …
      Juste un dernier truc :]
      Vivement une loi légalisant la copie à but non lucratrif !!!
      (puisque les licences CC ont du mal à se faire entendre, aidont les !)

    30. kevin on 28 September 2009

      Bonsoir, je me permet de raviver ce post pour y ajouter un commentaire : qu’en est il des artistes qui précisément se sont fait connaitre par internet et le téléchargement (Lorie pour ne citer qu’elle)ils sont parmi les premiers a voter pour cette loi maintenant qu’ils ont obtenu ce qu’ils voulaient alors pourquoi tant de haine ?

    31. fille on 8 March 2010

      Où s’arrêtera la fuite en avant dans l’absurde ? Après avoir instauré la possibilité d’une liste blanche de sites autorisés sur les bornes d’accès sans-fil publiques, après avoir plus ou moins introduit le principe d’un logiciel de sécurisation sinon obligatoire, du moins fortement recommandé sur tous les PC familiaux, les députés ont trouvé une nouvelle énormité à introduire dans la loi Hadopi : la nécessité de contrôler ses mails

    32. Joe on 19 November 2011

      Tout était dit en Mars 2009 ! ;)

    33. Nicole32 on 5 November 2015

      Hadopi nous surveille même aujourd’hui

    34. Nicole32 on 5 November 2015

      Utilisez PureVPN France contre Hadopi.

    commenter cet article