Bouton +1, premiers retours

Premiers retours sur le boutons +1 de Google, je lis ici ou là des choses radicalement opposées du genre : c’est pour contrer Facebook … soit. Ça va influencer le référencement, ah bon ? Ça va ralentir nos sites … hein ?? Ça rend les dents plus blanches et ça unlarge your penis … blablabla, et blablabla … bla.

J’ai ajouté l’option +1 à mon plugin WordPress easytoolbox, on peut ainsi en un 1 click l’intégrer sur son site (oui c’est de l’auto-promo .. et alors ? bigre). Par la même occasion, j’ai donc ajouté à tous mes sites le fameux bouton pour faire des tests, voilà ce que j’en conclus.

Le bouton +1 ne sert pas au référencement global d’un site, son but n’est pas de gonfler la notoriété d’un site mais de rendre un service à l’utilisateur tout simplement.

Faisons un petit test simple


Lire la suite …

La vérité sur l’affaire DSK

Chers cousins outre atlantique mangeurs de french fries, Vous vous méprenez, voici la véritable histoire de notre Berlusconi monétaire international Made in France.

Dominique, nique, nique s’en allait voir Angelina en Allemagne, et là, faut du courage même pour Dominique biteshun. Donc pour se requinquer avant son départ, il se dit que Rachida n’a pas tort, et que l’inflation …. Ça a du bon.

D’un pas décidé, il se jette sur son smartphone et cherche dans son répertoire une escort sur NY. Bingo “Sophie TEL“, il clique sur la boule de son BlackBerry mais avec ses gros doigts boudinés, il ripe un peu, et valide le numéro précédent dans la liste “Sofitel“.

Un chaleureux “accueil bonjour” auquel notre directeur du FMI répond d’une voix suave “Sophie tel, pourriez vous s’il vous plait me monter un oreiller supplémentaire dans ma suite 2806 ?“. Et là c’est le drame. Dominique, nique, nique s’en allait prendre une douche pour se défendre vigoureusement (selon ses avocats). Il sort de la douche et miracle du timing, celle qu’il croyait être une fille de joie s’avérait être la femme de chambre. Quel quiproquo ! pensant au fameux fantasme coquin de la soubrette résistante, il lui saute dessus pour lui montrer que la Grèce peut encore se relever.

Se rendant compte de son erreur, il part (précipitamment pour les uns, tranquillement pour les autres) rejoindre sa fille pour déjeuner. Puis, dans la limousine (pour les uns, Porche Panamera pour les autres), il appelle Anne pour lui dire qu’il avait fait une boulette.

Vous voyez madame la juge, c’est tout bête en fait … On va parfois chercher midi à 13h00 (selon la NYPD). Donc madame, rendez nous notre Bill Clinton à nous, on risque d’en avoir besoin l’an prochain (une sombre histoire de nain qui horripile les français … On vous expliquera).

Chers américains, Vous comprendrez donc que l’erreur n’est pas dûe à Dominique, nique, nique mais bien à cette boulette merdique sur les BlackBerry.

Free DSK …. Please

Ping pong d’Apple sur iTunes

Mercredi 1 septembre 2010, la grand messe de rentrée Apple à eu lieu avec son lot de nouveautés. Je ne vous épargnerai les éjaculations précoces sur les nouveaux iPod .. D’autres sites sont spécialisés là dedans. Je voudrais juste faire le point sur iTunes 10 et plus particulièrement Ping.

iTunes devient-il un réseau social ?

Désormais, après s’être enregistré, vous posséderez une page qui reprend les titres que vous aimez, c’est-à-dire ceux pour lesquels vous avez cliqué un bouton « j’aime » inspiré de facebook. Vous pourrez également laisser un commentaire modéré sous les albums. Voilà la définition d’un réseau Social selon Apple. Un peu light non ?
Lire la suite …

Easytoolbox le plugin wordpress à tout faire (ou presque)

Les blogs se comptent par centaines de millions à travers le monde et pourtant tous n’ont pas l’audience qu’ils méritent. Pourquoi ?

Plusieurs raisons à cela : il y a les blogueurs novices, les apprentis sorciers et les pros.

Les novices : Ils ouvrent un blog et commencent frénétiquement à taper des dizaines d’articles qui ne seront jamais lus, puisqu’introuvables dans les moteurs de recherches. C’est dommage car nombre d’entre eux sont très intéressants.

Les scientifiques : Ces apprentis sorciers installent les 185 plugins à la mode sur leurs blogs. Ils pensent ainsi optimiser leur site alors qu’ils l’alourdissent inutilement. Ces “collectionneurs” de plugins passent plus de temps dans l’administration et le code source qu’à réellement écrire du contenu. Total des courses, presque pas de visites et c’est dommage.

Les pros : bè eux c’est des pros, ils savent ce qu’ils font, alors on va pas les embêter même si EasyToolBox peut aider les “serial blogueurs” pour check-lister et accélérer l’install de leurs prochains blogs.


Lire la suite …

“j’aime” : Facebook vs Google

Qu’est-ce-qu’on peut lire comme anneries sur le web en ce moment !… « Facebook lance un widget « Like », c’est un gadget rigolo mais au fond, ça sert à rien ».

Alors n’y allons pas par quatre chemins et commençons pas la conclusion : le bouton “Like” est sans doute le plus gros bouleversement du web pour les 10 prochaines années !

Un peu d’histoire …

Les annuaires furent la première vague importante du web : Yahoo & co. Leur but était d’organiser et de centraliser l’information afin de faciliter les recherches. Par la même occasion ils généraient un nombre de « pages vues » énorme où ils plaçaient de la publicité. Jusqu’ici on n’inventait rien, le modèle économique était calqué sur les médias traditionnels, c’est-à-dire « l’audimat ». Les éditeurs s’inscrivaient manuellement dans un annuaire et espéraient en retour récupérer de l’audience ciblée et ainsi développer leur business.

Deuxième étape du business web : l’affiliation. Google a anéanti ses concurrents avec un système « simple », le revenue sharing (partage de revenus). Comment ?

A l’époque, le challengeur Google scannait le web et développa un moteur de recherche où il n’était plus nécessaire de se référencer manuellement. L’algorithme était suffisamment puissant pour donner aux internautes des résultats pertinents, et ainsi placer de la publicité ciblée sur les pages «  recherche ». Jusqu’ici rien ne change par rapport aux annuaires si ce n’est la simplicité d’indexation du contenu pour les éditeurs, puisqu’automatisée. Ce qui a fait la différence, ce sont les revenus que Google allait partager avec les éditeurs qui placeraient de la publicité sur leur site. La formule gagnant/gagnant a permis à Google d’écraser tous les concurrents et devenir leader sur ce marché. Cependant le taux de clics sur les pubs était perfectible, mais pour cela, il fallait qualifier les prospects (nous). Alors Google investit son magot dans une série de services gratuits lui permettant de mieux nous connaître (Gmail, Picasa, iGoogle, Wave, Buzz …etc).

Aujourd’hui, nous en sommes là. Alors comment Facebook va pouvoir gagner beaucoup d’argent et récupérer le gros magot de la pub trusté par Google ?


Lire la suite …

iPad : La tablette dans les nuages

A moins de sortir d’un coma profond, personne n’a pu louper la sortie de l’iPad. On ne reviendra donc pas sur l’objet qui est couramment défini comme «un gros iPhone» !
On a pu lire et entendre partout : “L’iPad c’est génial !!!”, “Pourquoi ?”, “Parce que c’est Apple!” … Ok, avec ça on est bien avancé. Alors pourquoi c’est génial, pourquoi les “early-adopters” se sont jetés dessus, pourquoi il s’en est vendu 300 000 rien que le premier jour et surtout, pourquoi tout le monde aura une tablette “genre iPad” d’ici 2 ans ?

La réponse est simple : un ordinateur c’est chiant, c’est compliqué, c’est encombrant, c’est cher et dans 90% de nos besoins informatiques c’est inutile.

Aujourd’hui, quels sont nos besoins ?

Commençons par faire un constat : nous sommes définitivement passés dans l’ère de la dématérialisation. Aujourd’hui, pour nos photos nous n’avons ni négatif, ni support. Pour les vidéos personnelles c’est pareil. Le courrier est remplacé par le mail, nos dossiers sont en PDF, les jeux sont sur console ou en ligne, les films en VOD et les musiques en Streaming …
Jusque là rien de nouveau, la révolution sous-jacente est le Cloud-Computing. Pour faire simple, nos données sont désormais stockées dans “les nuages” comme disent poétiquement les industriels du secteur, c’est-à-dire loin de chez nous, dans des fermes de serveurs (hum .. c’est moins poétique ça).


Lire la suite …

Facebook m’a tuER

Facebook account disable frédéric Galliné

Je suis mort dimanche 7 février, voilà comment on apprend qu’on s’est fait suicider un beau weekend d’hiver par un robot : Facebook m’a tuER !

Ce matin, j’ouvre comme tous les jours mon compte FACEBOOK pour suivre l’actu de ma famille et mes amis, et l’évolution des fans sur certaines de mes pages.

Facebook.com, et hop … un premier message m’alerte que les cookies de mon navigateur sont inactifs … Bizarre, je vérifie et pourtant non. Les réglages sont corrects. Je quitte Google Chrome pour retourner sous Firefox et là : “ACCOUNT DISABLED” …. oups

Je demande à ma femme de vérifier son compte pour voir si elle me trouve … et surprise : non ! Je n’existe plus, mon compte est effacé avec mes photos, mes commentaires, mon carnet d’adresses dans lequel j’ai classé chaque profil dans diverses rubriques. Voilà comment Facebook me remercie d’avoir été un des premiers inscrits sur leur site de copains !

facebook m'a tuer

Merci facebook

“Yaka” recréer un compte me direz-vous ? Oui sauf que depuis plusieurs années je crée des “pages fans”, des “groupes” … j’achète de la pub, et facebook est sur certains de mes sites entre 20 et 30% de source de trafic.

L’avantage du “WEB 2.0″ est que chacun peut choisir ses sources d’informations, et les organiser comme il le souhaite : favori du navigateur, agrégateur tel que Netvibes, ou encore twitter ou Facebook. En supprimant des comptes perso (comme le mien en l’occurrence) Facebook prive les gens d’une ou plusieurs sources d’informations.

Alors je me pose une question : Facebook est-il un site sérieux ? Peut-on ou doit-on investir dans ce “média” peu fiable ? Ne devrait-on pas consacrer nos budgets pub pour des supports plus sérieux comme Google ou Bing et ne pas essayer de fidéliser une audience (pour partie) sur ces réseaux sociaux capricieux ?

Perdre sa vie comme un con !

9993_video-serie-life

Trop Geek, Trop NERD, trop con … voilà la piètre opinion que j’ai de moi après avoir tout perdu. En fait je n’ai perdu qu’une chose à peine plus petite qu’un paquet de cigarettes mais dont les répercutions vont être lourdes, très lourdes : j’ai crasché mon disque dur … c’est grave docteur ? donnez moi un Lexomil sihouplait

Comment peut-on être aussi naïf pour rassembler en un même endroit toutes ses données ? Comment peut-on être aussi con pour ne pas faire de sauvegardes ou mettre en place des solutions automatisées ALORS qu’on connaît par coeur les risques et la fragilité de ce support de merde … Toujours repousser au lendemain les sauvegardes sur DVD, ne pas prendre le temps d’acheter un petit disque externe, travailler trop pour “perdre” trop … et quand c’est trop, c’est tropi CON.

A chaque minute je me rends compte à quel point on est dépendant de ces données, et à quel point on est pénalisé lorsqu’on ne les a plus. Je vous passe les 25 GO de photos de familles perdus, et tous ces petits trucs impossibles à reconstituer, par exemple vos favoris dans le navigateur. Ca peut sembler anodin, mais c’est tellement handicapant de ne plus avoir ce trésor de liens constitués après de longues années de surf.

Idem pour les configurations de votre système, plug-in et apps diverses qui vous facilitent la vie. Comment se rappeler de tous ces codes, de tous ces liens, pseudos ou raccourcis ! Grrr la dépendance DATA est-elle surmontable par un imbécile de mon genre. Ce sevrage radical ne va t-il pas accroître ma déchéance binaire !
Lire la suite …

Un numéro de téléphone jetable ?

Mise à jour : La société TEMPOLIB SAS est à ce jour, en liquidation judiciaire. N’hésitez pas à me contacter pour plus de renseignements.




logo-tempolib-numero-jetable3

Voilà plusieurs mois que nous travaillons sur un projet novateur : un service de numéros de téléphone jetable. Pour qui ? Et à quoi ça sert ? Voilà la question que tout le monde me pose :  je vais donc y répondre dans cet article.

Aujourd’hui, nous avons un ou deux téléphones :

  • un téléphone privé (portable ou fixe) pour la famille et les amis,
  • un téléphone Pro pour les clients et fournisseurs.

Mais parfois, nous avons besoin de communiquer un numéro de téléphone sans pour autant avoir envie de donner son numéro perso et encore moins le pro. L’idéal serait d’avoir un numéro social.

Pour quoi faire ?

Plusieurs situations peuvent nécessiter d’avoir un numéro temporaire :

Petites annonces : Vous louez un appartement, vous vendez une voiture ou passez une petite annonce quelconque. En mettant votre numéro privé, vous risquez non seulement d’être appelé à toutes heures, de continuer à recevoir des appels alors que votre annonce est devenue obsolète, mais en plus vous allez être démarché par des assureurs, agences immobilières, carrossiers … etc. Dans ces cas-là, l’usage d’un numéro temporaire pourrait vous faciliter la vie.

Site de rencontres : Après plusieurs nuits de chat avec une “rencontre virtuelle”, vous décidez d’avoir un premier contact téléphonique mais vous n’êtes pas certain(e) qu’il ou elle ne sera pas insistant(e). De plus, avec un annuaire inversé, il serait trop facile de connaître votre adresse. Pourquoi ne pas vous préserver en utilisant un numéro jetable sur une courte durée ?

Événementiel : Vous organisez une soirée, un festival, une kermesse. Allez-vous réellement imprimer sur 10 000 flyers votre numéro perso ?

Réseaux sociaux, blogs : Vous utilisez les réseaux sociaux, blogs ou forums … pour prospecter, pour vous mettre en avant et soigner votre e-réputation. Là encore, allez-vous mettre sur votre MySpace ou votre Facebook un numéro privé, au risque d’être spammé téléphoniquement … (call center, SMS …) ?
Lire la suite …

HADOPI, ok mais c’est trop tard …

Vous avez été très nombreux à lire et commenter le dernier post sur la loi HADOPI. Le sujet semble vous passionner. On va donc continuer à parler musique et business, puisqu’au fond c’est bien de cela qu’il s’agit…

Aujourd’hui, il existe plusieurs possibilités pour écouter de la musique. Si l’on devait “catégoriser” ces “profils” d’écoute, nous pourrions les distinguer ainsi : “fixe”, “nomade”, “off-line” et “On-Air”. La loi anti piratage voudrait préserver cet équilibre, mais de nouveaux usages semblent la rendre obsolète avant même qu’elle ne soit votée.

Quels sont ces usages et comment faire pour adapter l’industrie du disque aux nouvelles évolutions de diffusion ?

État des lieux

Le modèle rentable et défendu jusqu’alors était essentiellement Off-line, c’est-à-dire sans passer par internet :

  • Écoute fixe en offline pour les K7, CD ou DVD
  • Écoute nomade en offline : baladeurs CD

Le marché était “simple” : on payait un support CD et on pouvait librement l’écouter chez soi sur chaîne Hi-Fi, ou l’écouter en balade sur autoradio, baladeur CD…

hadopifixenomade1


Lire la suite …

Next Page »